BRÉSIL : 3 JOURS À RIO DE JANEIRO

March 29, 2018

 

Hello les petits chou’,

 

Il est temps d’organiser les vacances d’été ! Placez le Brésil en tête des choix. Ce voyage fut sûrement mon préféré de tous. L’Ecosse était féerique et enchanteur, La Réunion envoûtante et révélatrice, le Brésil fut libérateur et rempli d’espoir. Malgré l’insécurité qui y règne, je ne me suis jamais sentie aussi libre de ma vie. J’ai déconnecté de l’effervescence Parisienne à une vitesse encore jamais vue. Adeus à la nervosité et bom dia à la sérénité. Evidemment mon état d’esprit du moment – célibataire assumée, carrière engagée et un nid en perspective - m’a pleinement aidée à vivre cette merveilleuse aventure brésilienne.

 

La diversité des paysages est impressionnante entre ses plages idylliques, sa luxuriante Amazonie et son héritage colonial ; il est difficile de faire un choix. Recouvrant environ la moitié de l’Amérique du Sud, le Brésil est le plus grand pays de l’Amérique Latine. Les longues distances à parcourir entre chaque région et leur panorama très différent vous incite fortement à y passer plusieurs jours. Soyons honnête ! En deux semaines seulement, nous ne pourrons pas tout faire…..

 

Prenez donc le temps de découvrir simplement quelques régions bien sélectionnées. De notre côté, nous avons opté pour découvrir la mythique Rio, plonger dans les îles paradisiaques d’Ilha Grande, danser la samba au légendaire carnaval de Rio, pour finir par s’émerveiller devant les merveilleuses chutes d’Iguazy.

 

Commençons par le commencement : 3 jours à Rio de Janeiro.

 

 

DAY 1 : ENTRE LA NATURE ET LA VILLE

 

 

Une fois l’avion atterri, nous prenons un taxi direction notre logement. Nous avions la chance d’avoir une amie résidant sur place, ce qui nous à permis non seulement d’économiser un peu mais aussi de visiter Rio de manière plus sécurisée et plus locale.

 

Nos affaires déposées, il était à peine 11 h. Nous allions donc pouvoir profiter de cette belle journée. Nous commençons par rejoindre la plage d’Ipanema et nous trinquons au début des vacances à l’eau de coco. Et oui dans une vraie noix de coco !

 

 

Nous longeons la plage jusqu’à l’arrivée au canal. Nous le remontons pour atteindre la Lagoa Rodrigo de Freitas. Cette immense lagune étend son eau salée sur 4 km2 en plein cœur de la ville. Le site est l’un des plus beaux spots de Rio entre nature et ville. Ses pistes cyclables de plus de 7 km permettent aux habitants de Rio de faire un peu de sport – roller, vélo, footing. Les sports nautiques sont aussi mis à l’honneur avec l’aviron, le rameur et le pédalo. Nous avons craqué un petit tour dans ce dernier doté d’un majestueux signe - 50 reals pour 3 personnes les 45 minutes. Cela nous permet de contempler pour la première fois la colline Dois Irmãos – les deux frères - et le mythique Corcovado.  Les moins sportifs peuvent flâner au bord de l’eau dans des kiosques ou divers bars cosy et charmants en écoutant de la musique live le soir. Le lieu est aussi propice pour pique-niquer et faire des rencontres.

 

 

Une fois le tour presque fait. Nous prenons un taxi direction le Fort de Copacabana. Cette ancienne base militaire fortifiée abrite aujourd’hui le musée de l’histoire de l’armée. L’intérêt principal de cette halte entre Copacabana et Panama n’est pas tant son musée historique que la vue absolument extraordinaire que nous avons sur la ville. Nous y apprécions l’immensité et la beauté de la baie de Copacabana avec en toile de fond le pain de Sucre. Les bruits de la plage résonnent jusqu’à nos oreilles pour créer un fond sonore doux et transporteur. Nous en profitons pour manger au Cafe Do Forte en terrasse et nous admirons  le paysage.

 

 

Puis un nouveau Uber en poche nous nous orientons vers le Pao de Açucar – le Pain de sucre. Certains racontent que son nom vient des français qui y voyaient  la forme conique des pains de sucre raffinés et concentrés de l’époque ; d’autres prétendent que son nom serait simplement issu de la forme des blocs de sucre lors de leur fabrication. En bas nous rencontrons un premier bloco, un groupe de musiciens habillés en Schtroumpfs convivial et cocasse, le carnaval de Rio approche tranquillement mais surement.

 

 

L’entrée pour le Pao de Açucar est de 80 réals par personne. Nous prenons tout d’abord un premier téléphérique menant au Morro Di Urca à 217 mètres d’altitude. Nous contemplons le petit quartier d’Urca vu d’en haut qui nous fait envie. De là, nous grimpons dans un second téléphérique jusqu’au sommet à 295 mètres au-dessus de la baie de Guanabara. Un époustouflant panorama sur la ville et les plages de Rio nous est offert. Ses baies enroulant le roc nous donnent l’étrange sentiment d’être au cœur de la ville. Nous admirons au loin le pont de Rio-Niteroi reliant les villes de Rio de Janeiro et de Niteroi sur une distance de plus de 13 kilomètres. Impressionnant ! Après avoir pris un millier de photos nous nous baladons dans la mini forêt du sommet à la recherche de singes. Nous n’en trouvons pas mais nous observons d’autres vues encore plus extraordinaires. L’avantage du Pao de Açucar c’est qu’il est très agréable de s’y poser pour boire un verre ou grignoter tout en profitant du moment. L’ambiance est reposante et absolument pas touristique - du moins pas de manière extrême à l’inverse du Corcovado.

 

 

Nous passons rapidement au centre commercial Rio Sul afin d’acheter notre déguisement pour le carnaval et éviter les stocks épuisés. Nous en profitons pour faire quelques emplettes de beauté à Natura ou Granados des boutiques 100 % naturelles et Brésiliennes. #idéedecadeauxàrapporter

 

Après le voyage et toutes ces belles aventures le moment de détente sur la plage au coucher du soleil était le bienvenu. Celui d’Ipanema est connu pour être un des plus beaux au monde. Effectivement, loin d’être banal, il est splendide. Toute la ville se retrouve sur la plage pour siroter une caïpirinha en admirant le soleil se coucher en embrassant petit à petit les Deux Frères et toute la baie. Ce spectacle se termine sous les applaudissements de la foule. Ce fut un véritable rayon de bonheur. 

 

 

Le soir, nous nous rendons dans le quartier de Lapa. Les rues sont remplies de monde buvant des boissons. L’ambiance est festive, séduisante et populaire. Nous avions envie de rester toute la nuit. Mais notre destination du soir était ailleurs. Le Rio de Scenarium, considéré comme l’un des dix meilleurs bars du monde, nous fait vivre une incroyable nuit de charme et de musique Brésilienne. Antiquités, instruments de Jazz, tableaux baroques, collectionz d’horlogez, vitrails de la cène et autres décorent cette maison coloniale sur 3 étages. Un ascenseur à la Gatsby nous aide à ne pas nous perdre dans cette splendide demeure. Dans la salle inférieure, un concert enflamme tous les âges dansant de la samba jusqu’au bout de la nuit. A l’entrée on nous donne un papier sur lequel sont indiquées nos consommations au cours de la soirée et nous payons à la sortie. Nous avons dégusté notre première Caîpirihna à la Maracuja – fruit de la passion - du séjour accompagnée de quelques tapas locaux : Dados de Tapioca, Pasteis de Quejo et Caldo de Feijas. Une grande expérience Carioca !

 

 

 

DAY 2 : LES SECRETS DE RIO

 

 

Après un peu de repos et un bon petit déjeuner à l’appartement, nous partons découvrir le marché  Feira de Arte De Ipanema sur la Praça General Osório. Chaque dimanche alors que la plupart des boutiques de Rio de Janeiro sont fermées ce marché hippie en plein air nous ouvre ses portes en quête de bonnes affaires : œuvres d’art colorées, vêtements festifs, souvenirs typiques brésiliens et délicieuses spécialités. Nous découvrons notamment des trompettes traditionnelles réalisées en bois de bambou. Avec plus de 700 stands qui envahissent la place nous ne sauvons plus où donner de la tête. Ce marché historique n’a pas oublié les bonnes vielles coutumes où le marchandage était roi. N’hésitez donc pas à déployer vos talents de commerçant pour faire baisser les prix.

 

 

Nous prenons le métro collé à la place jusqu’à Gloria. Nous y découvrons un nouveau bloco beaucoup plus grand que celui de la veille. La foule présente nous permet de nous balader en toute sécurité dans les rues de Lapa. Ce quartier particulièrement populaire et en abandon est à éviter en milieu de la journée lorsque les rues sont désertes. Nous avons donc de la chance. Merci le carnaval ! Composé de petites ruelles et d’anciennes baraques Lapa est l’un des quartiers les plus authentiques de Rio des Janeiros. Le symbole du quartier est son aqueduc de 42 arches blanches qui acheminait l’eau de source de la forêt de Tijuca au Centre-Ville. Aujourd’hui celles-ci sont comme les portes de ce magnifique quartier. Nous y découvrons des vestiges de l’art colonial sur des murs aux couleurs vivantes et réjouissantes. 

 

 

A quelques pas de Lapa, se trouvent les célèbres escaliers de Selaron. Plus de 250 marches (et oui nous avons compté) sur 125 mètres de long composé de 2 000 carreaux de faïence recueillies dans plus de 120 pays à travers le monde. Le créateur de cet emblème de Rio de Janeiro était un certain monsieur chilien appelé Jorge Selaron. Il fut malheureusement retrouvé mort il y a 5 ans brulé en haut des marches... Suicide ou assassinat cela rend cet endroit encore plus mystérieux. Allez y plutôt en semaine afin d’éviter la foule et donc de faire de jolis photos. #photodeprofil. Les escaliers de Selaron sont à Rio de Janeiro ce que sont les marches de Montmartre à Paris : tout le monde s’y retrouve. Durant votre ascension ouvrez l’œil et cherchez tous les petits détails, je suis certaine que vous y trouverez des signes. Un drapeau ? Une positive vibe ? Le nom d’une ville ? Laissez-vous envahir de souvenirs et d’histoire.

 

 

Arrivées en haut des marches, nous arrivons au quartier Santa Teresa. Ce quartier à l’esprit bohème nous dévoile une vision différente de Rio de Janeiro. Bien loin des clichés cariocas, sans string ni bling-bling ce quartier à l’énergie unique héberge ateliers d’artistes, murs colorés de graffitis, parcs recouverts de mosaïque, vues imprenables sur la ville et petits restaurants divins. Le pittoresque Tramway jaune continue de se faufiler dans les rues pavées de Santa Teresa. Nous en profitons pour faire une pause déjeuner dans un de leurs restaurants au charme perché : Esperito Santa. Nous dégustons des jus de fruits locaux et des plats comme chez la mamie brésilienne.

 

 

A ce repas exquis succède une petite ballade digestive au Parque das Ruinas – Parc des Ruines. Ce parc public joue également les centres culturels exposant des œuvres d’art plus originales les unes que les autres. Faites en tricot ou avec des éléments de récupération, elles n’ont cessé de me surprendre. Ce parc profite d’une situation particulière car il surplombe toute la ville. Encore une fois, nous en prenons plein les yeux.

 

 

Nous redescendons de cette colline enchantée pour retrouver l’énergie de la foule brésilienne au bord des plages de Flamengo. En bordure de la baie Guanabara, elles se distinguent par la quiétude de leurs eaux, ses palmiers ondulants et ses immenses espaces verts. Le week-end les rues autour de l’Aterno de Flamengo sont fermées permettant à quiconque de venir respirer loin de l’ambiance déchaînée de Copacabana. Nous nous sommes baladées le long de ces plages jusqu’à celle de Botafogo. Je suis surprise par le bonheur et la joie de vivre qui nous entourent. Les habitants de la ville se retrouvent pour partager un moment paisible ensemble. Nous sommes bercés par de la musique de petits orchestres mélangés aux rires et au son du vent des côtes. De nombreux stands sont là pour nous fournir tout ce dont nous avons besoin – nourriture, boisson, équipement de jeu. Nous ne pouvons qu'y rester tout l'après-midi.

Sur la fin du chemin nous observons le soleil se coucher derrière le Christ Rédempteur. Splendide, est le seul mot qui me vient à la bouche.

 

 

Nous finissons notre parcours au cœur d’Urca. Ce quartier qui nous attirait tant au Pain de Sucre, nous charme définitivement. Nous longons le bord de la mer avec une vue époustouflante sur les gratte-ciels de la ville et le Corcovado doucement éclairé par les rayons du soleil au couchant. Le Christ Rédempteur ne nous quitte plus. Il semble veiller sur le quartier et sur nous par la même occasion.

L’ambiance de village imprègne ces lieux proches du centre. Les larges bâtiments laissent la place à des demeures modestes pour rentabiliser son espace restreint.  A l’entrée du quartier nous visionnons un paysage magique avec ses barques colorées et ses bateaux de pécheurs. Un souffle de sérénité nous envahit en quelques instants. Face à ce panorama incroyable et grâce à la douceur des températures tout Urca semble avoir décidé de rester dehors. Groupes d’adolescents, jeunes parents ou personnes plus âgées, ils sont tous là pour profiter de la fin de ce dimanche. A Rio de Janeiro, rien ne vous empêche de sortir et de vous retrouver. Les habitants se posent dehors sur les rebords du quartier pour siroter quelques verres et manger quelques tapas achetés dans une des guinguettes du quartier. Nous tentons l’aventure à la Mureta de Urca. Chacun choisit la place qui l’inspire le plus, avec la vue qu’il souhaite. Les rues ne sont absolument pas sales grâce à de très gentils hommes ramassant nos restes.

 

 

Cette journée au cœur des lieux insolites de Rio de Janeiro nous démontre à quel point cette ville est fascinante et envoutante. Tant d’énergies et d’émotions nous auront marqués en à peine 48 h.

 

 

DAY 3 : L’ECHEC

 

 

Tout commence par une envie de jus d’acaï, un petit déjeuner dont les brésiliens raffolent. Mais l’endroit qu’on nous avait conseillé sur la place Général Osorio est fermé le lundi matin... Cela aurait déjà dû nous donner la puce à l’oreille concernant les aventures à venir. Et pourtant non ...

 

Nous souhaitons visiter le jardin botanique. Nous avions une heure d’avance sur les horaires d’ouverture ... OUPSI ! #erreurdedébutantes. Nous décidons donc d’aller contourner une partie de la Lagoa que nous ne connaissions pas.

 

 

Nous déjeunons dans le centre au Tribunal. Ce restaurant facture les plats au kilo. Le principe est très original : tout le monde peut prendre ce qu’il veut, goûter différentes choses tout en respectant sa propre faim.

 

La pluie devenait de plus en plus forte. Il fallait bien qu’on ait au moins une journée de mauvais temps, la voici donc ! Nous décidons d’annuler notre ascension vers le Christ Rédempteur. Nous tenterons l’aventure lors de notre retour à Rio de Janeiro pour le carnaval.

 

À la place nous décidons de découvrir le quartier du Centro et son architecture.

 

Le top départ est au Real Gabinete Portugues de Leihina. Cette bibliothèque est un véritable trésor dans le centre historique de la ville. Tout doit sortir d’un livre du 18ème siècle ou d’Harry Potter, nous sommes conquis. Les boiseries, le cuir des livres qui montent jusqu’au plafond et la lumière filtrée par les vitraux nous offre un décor époustouflant.

 

 

La deuxième étape de notre visite du centre est le somptueux théâtre municipal ou l'opéra de Rio de Janero. Inspiré de l’architecture de Paris, il attire l’œil notamment par sa toiture recouverte d’or et son aigle majestueux.

 

 

La fabuleuse bibliothèque nationale est également un monument à voir. Malheureusement en travaux nous n’avons pu observer qu’une partie.

 

 

La pluie ne cessant toujours pas nous décidons de nous poser dans un petit café près de la Plaza Floriano Peixato. Nous y restons 3 bonnes heures à attendre la fin de la pluie.

 

Nous repartons en quête de notre dernière mission du jour : trouver le point de vue idéal pour admirer la mystique Ilha Fiscal. Pour cela nous passons en face du musée naval et nous nous dirigeons vers la Plaza XV. À gauche de la station de ferry, nous apercevons au large ce palais historique au style gothique. Vous pouvez également le visiter si vous souhaitez en voir un peu plus. Je sors mon plus gros objectif pour faire des photos style-journaliste.

 

 

La fin de la journée approchant, nous rentrons prendre une bonne douche et préparer notre valise pour les 3 prochains jours à Ilha Grande.

 

Le soir, nous dînons à Graviola un restaurant fait pour moi : 100 % vegan, sans gluten et sans lactose. Nous goûtons à leur traditionnelle crêpe de tapioca au faumage - fromage végan, tomage et olive. Nous dévorons également un brownie vegan à tomber par terre.

 

 

Et voilà c’est ainsi que se termine nos 3 premiers jours au Brésil et plus particulièrement à Rio de Janeiro. Il nous restait principalement le Corcovado à aller voir. Je vous en parlerai davantage dans mon article sur le retour à Rio de Janeiro avec son incroyable Carnaval.

 

La suite dans un prochain post.

 

K.I.S.S. (Keep It Simple & Smile)

 

 

 

Cet article vous plait ? 

Partagez-le sur les réseaux sociaux ! 

 

 

Mon actualité vous intéresse ?

Abonnez-vous à mes comptes :

Instagram, Pinterest et Facebook !

@donotforgettokis

 

 

 

 

KISS ON FACEBOOK
KISS ON TWITTER
KISS ON LINKEDIN
KISS ON PINTEREST
Please reload

VOUS ALLEZ AUSSI AIMER

Please reload

Please reload

THE BEST KISSES