GRAND MENAGE DE PRINTEMPS AVEC LA DETOX

April 12, 2020

 

Hello les petits chou’,

 

Les beaux jours arrivent enfin ! C’est parti pour le grand ménage de printemps. Mais attention à ne pas le faire n’importe comment !

Le printemps est, en effet, propice à la cure de détox, comme savent très bien nous le rappeler les magasins féminins. Mais saviez-vous qu’en réalité nul besoin d’ingérer ou d’investir dans dix mille élixirs de plantes au goût très peu agréables pour faire cette détox. Votre corps se détoxifie naturellement comme un grand chaque année à cette période. Il vous suffit simplement de l’accompagner en le soulageant durant cette grande rénovation pour qu’il puisse réaliser une bonne détox en toute sérénité. Des plantes prises sans conseil d’un thérapeute et sans l’énergie vitale suffisante pour les supporter, vous lessivera plutôt et ne vous aidera pas.

Le plus ? La détox vous apportera bien plus qu’une perte de poids.

 

 

POURQUOI FAIRE UNE DETOX ?

 

De la même manière que nous devons régulièrement nettoyer nos canalisations afin d'éviter que notre évier ou notre douche ne se bouchent  pas, notre corps à besoin de se nettoyer régulièrement pour bien fonctionner. Sans ce nettoyage, les toxines, déchets et toxiques qui s’accumulent naturellement dans nos tissus vont engendrer l’apparition progressive de symptômes physiques sur le mode aigu puis chronique : fatigue, maux de tête, problèmes de peau, surpoids, règles douloureuses, problèmes ORL, poches sous les yeux, trouble du sommeil, problèmes de circulation, rhumatismes, digestion difficile, problèmes digestifs (reflux gastrique, ballonnements, nausées, gaz, constipation, diarrhée). Au fil du temps, cela peut donner place à une détérioration du corps et à la manifestation de maladies plus graves telles que des maladies cardio-vasculaire, le diabète, le cancer, les maladies auto-immunes ou dégénératives entre autres. La solution pour éviter cela ? Prendre l’habitude de faire chaque année au moins 2 cures  de détox.

 

 

POURQUOI UNE DETOX AU PRINTEMPS ?

 

Le printemps est une période de réveil, de croissance et de création, avant l’été qui est une apogée naturelle et énergétique. La nature renait et notre corps se régénère. Cette régénération se fait grâce à notre foie qui va venir filtrer notre sang pour permettre au cœur de battre de plein fouet grâce à un sang neuf en été.

 

Le problème est que notre foie est déjà bien occupé. Il réalise à lui seul près de 500 fonctions : il récupère et élimine les toxines, métabolise les protéines, les glucides et les lipides tout en sécrétant la bile, élément essentiel à notre digestion, évite les hémorragies via un processus de coagulation, constitue un réservoir de vitamines (A, D, E, K), et d’énergie sous forme de sucre qu’il met à disposition de notre organisme. Et tout cela  toute l’année sans vacances. Vous comprendrez donc qu’après avoir passé un hiver à nous enfiler des fondues, raclettes et tartiflettes à gogo dans une atmosphère non aérée, saturée par les chauffages intérieurs et sous l’emprise des antibiotiques de l’hiver, notre foie a de quoi faire ! Il se retrouve à devoir éliminer 6 mois de déchets métaboliques. Bonjour le ménage de printemps ! Un petit coup de main de notre part ne serait donc pas de trop.

 

 

LA DETOX EN NATUROPATHIE

 

La première chose à faire pour aider notre ami le foie est de réduire les surcharges alimentaires que nous lui infligeons toute l’année. Une fois soulagé, nous pourrons utiliser quelques plantes pour activer ses mécanismes naturels de détoxification.

Le foie étant aussi l’organe des émotions et plus particulièrement de la colère. Il cesse de fonctionner correctement en période de stress. Il est important de relaxer le corps mais aussi l’esprit pour une détox optimale.

 

 

1ère phase de la cure détox : assécher les surcharges

 

Cela parait évident, lorsque notre évier déborde, nous n’allons pas laisser le robinet couler à flot. Avant d’appeler le plombier, nous allons limiter les dommages et éviter un possible dégât des eaux en fermant l’arrivée d’eau. Pour notre corps c’est pareil, il est important de stopper les apports toxiques et les aliments qui surchargent notre organisme pour permettre à notre corps de mieux fonctionner. En allégeant vos repas, nous facilitons notre digestion, et nous récupérons de l’énergie pour permettre à notre organisme d’accomplir d’autres fonctions telles que la désintoxication, la cicatrisation, la désacidification et la guérison….

 

Pour cette première phase, différentes cures sont possibles. Il est important que vous choisissiez celle qui vous correspond le mieux et soit le plus adapté à votre niveau d’énergie. L’idée ne l’oubliez pas est de gagner de l’énergie et non d’en perdre. Privilégier également des aliments de qualité et biologique. Il ne vous reste plus qu’à choisir.

 

 

La restriction des aliments encrassants – Pour les débutants qui viennent de loin

 

Cette cure est la plus simple et la plus accessible. Elle permet, en effet, une grande variété d’aliments mais devra être poursuivie sur le long terme. Elle constitue un bon début en stoppant l’apport alimentaire :

  • Encrassant tels que les produits laitiers, le blé, les aliments transformés, les plats préparés, les gâteaux, les sodas…

  • Excitants tels que l’alcool, le café, le sucre, la viande rouge, le thé noir….

Dans un second temps, l’idée est de limiter au maximum l’apport :

  • Des céréales à gluten (avoine, orge, épeautre, seigle) en les remplaçant par des légumes racines (patate douce, courges, pomme de terre) ou des céréales complètes sans gluten (quinoa, sarrasin, riz, amarante, millet, fonio…)

  • Des protéines animales en privilégiant les petits poissons d’élevage (maquereaux, truites, sardines) et les œufs et les viandes blanches de qualité biologique.

 

Durant cette cure, les légumes et fruits de saison devront représenter la moitié de votre assiette. Ces derniers contiennent en effet de nombreux antioxydants indispensables au processus de détoxification.

Vous gagnerez donc à manger des légumes mais encore plus en les choisissant riches en souffre tels que : l’ail, l’oignon nouveau, l’échalote, le poireau, la ciboulette, le radis noir, le céleri, la betterave, l’artichaut et les asperges. C’est en partie grâce au soufre que le foie élimine toutes les substances chimiques, médicaments, drogues et produits de synthèse qui peuvent être contenus dans l’alimentation.

 

Il est également important de prendre son temps en mangeant et surtout de bien mâcher les aliments pour limiter le travail digestif.

 

 

La monodiète – Pour les actifs toujours en mouvement

 

La monodiète consiste à ne manger qu’un seul type d’aliment pendant une période allant d’un repas sur une durée de 5 jours. L’idée est évidemment de ne pas prendre un ingrédient qui pollue votre corps, les mono-diètes de Nutella et de viande rouge sont donc évidemment prescrites. En ce début de printemps 3 aliments sont intéressants aux températures encore fraîche : riz semi-complet, patate douce ou banane. Quand les températures remonteront : les fraises, le poireau ou les carottes sont des bonnes alternatives. Attention simplement si vous avez des intestins fragiles veillez à rester sur les 3 premiers aliments.

 

Concrètement ? Choisissez un aliment par jour et mangez-le, sous toutes ses formes. Par exemple pour la banane vous pouvez la consommer fraîche, déshydratée en rondelle, séchée, en smoothie ou encore en purée.

L’avantage de cette méthode est que vous avez un apport nutritionnel, basé sur des sources de glucides, nécessaires au bon fonctionnement normal du cerveau. Vous pouvez continuer à travailler, sans fatigue. Si vous avez peur de ne pas tenir sur une journée, commencez sur 2 repas, ou uniquement le soir

 

 

La cure de jus – Pour les gourmands qui aiment varier

 

La cure de jus consiste à arrêter de consommer des aliments solides, tout en continuant à boire certaines boissons. Entre la mono-diète et le jeune, elle apporte les mêmes bienfaits que le jeune sans les incovénients. Elle permet notamment de ne pas manger les mêmes ingrédients tous les jours, ce qui peut vite devenir lassant. La cure de jus apporte une richesse dans le choix des aliments. De plus, elle est très reminéralisante et revitalisante. Elle alcaline l’organisme et donc idéale pour les personnes ayant des problèmes d’acidité.

Il est possible qu’au début les personnes aient besoin de boire une grande quantité de jus. Le corps en profite en effet pour faire le plein de vitamines, minéraux, oligoéléments, antioxydants et enzymes ! Idéale en période de coronavirus. La plupart des individus ne consomment, en effet, pas suffisamment de légumes. Ou s’ils en mangent, les précieux nutriments  ont  été détruits par la cuisson ou leur digestion et l’assimilation n’est pas bonne.

Pendant longtemps l’inconvénient de cette cure était qu’il fallait disposer d’un extracteur. Mais maintenant de nombreuses marques proposent de nous livrer des jus frais à domicile.

 

 

Le jeûne – Pour les pros de la détox

 

Le jeûne consiste à arrêter la consommation des aliments. Seuls,  l’eau, les tisanes et les bouillons de légumes sont autorisés.

 

Le principe est simple : forcer le corps à puiser dans ses réserves pour provoquer ce qu’on appelle l’autolyse, un fonctionnement naturel de survie qui permet (s’il est réalisé pendant une durée limitée et sous certaines conditions) à  régénérer l’organisme plus rapidement que d’habitude.

Le corps a, en effet, besoin d’énergie, le glucose, pour fonctionner. Le glucose étant notre carburant principal il est autant important pour nos cellules que l’oxygène et l’eau. Il se trouve dans notre alimentation au travers des aliments contenant du glucide à savoir des sucres rapides ou lents : pain, céréales, féculents, légumineuses, fruits et légumes, toutes sortes de sucreries y compris les boissons sucrées.

Lorsque l’on jeune, notre corps est privé d’aliments et donc de sa principale source de glucose. Il doit donc se débrouiller coute que coute pour chercher du glucose dans plusieurs sources internes :

  • Le foie et les muscles dans un premier temps : ces organes possèdent une petite réserve de sucres de glucose : de quoi tenir à peine quelques heures

  • Puis dans la masse graisseuse

  • Et enfin dans le tissu musculaire ou dans des tissus inutiles.

L’organisme déconstruit ces tissus pour retrouver de l’énergie. En cas de manque de glucose dans l’organisme, le corps transforme le gras et les protéines en sucre. Nous appelons ce phénomène la néoglucogenèse. Il entraine ainsi une perte de poids durant le jeune.

 

Le danger avec l’autolyse induite par le jeune et qu’elle met en circulation les toxines dans notre corps avant de les évacuer. Il est donc important d’avoir suffisamment d’énergie disponible pour prendre et maintenir sous contrôle ses toxines. Le jeune n’est donc pas recommandé chez les personne fatiguées et/ou très maigres, les personnes atteintes de certaines maladies telles que l’hypotension, le diabète insulinodépendant ou certains troubles du comportement (anorexie / boulimie, dépression, psychose) ainsi que les nourrissons et les femmes enceintes ou allaitantes.

 

Le jeûne se prépare VRAIMENT. La phase de préparation est non négociable et doit durer idéalement le même temps que le jeune en tant que tel, voir un peu plus en fonction du temps du jeune. La préparation consiste à préparer le terrain petit à petit en adoptant la restriction des aliments encrassants pour finir par avoir une alimentation dite hypotoxique constituée uniquement de légumes crus ou cuits, de fruits, d’oléagineux et de tisanes ou infusions.

 

Comme la phase de préparation, la phase de sortie du jeûne est une transition très importante et devra durer le même nombre de jours que le jeune. Elle consiste à reprendre progressivement une alimentation hypotoxique dans l’ordre inverse de la phase de préparation.

Le lendemain de votre jeûne vous pouvez donc consommer des soupes, légumes cuits et crus, des oléagineux et des fruits. Le jour suivant, reprenez les légumineuses, les céréales sans gluten… idéalement, il faut éviter de retourner aux aliments encrassants. L’objectif du jeune est, en effet, de mettre en place de nouvelles habitudes alimentaires saines et durables. Dans tous les cas, il est important de remanger à son rythme et sa faim.

 

Pour pratiquer ce type de jeune pour la première fois il est important d’être  suivi par un naturopathe ou se faire accompagner pendant le jeûne. Il existe de nombreux centres spécialisés ou des séjours encadrés (type « jeune & randonnée »)

 

 

Phase 2 : activer les fonctions détox du foie.

 

Le foie est un organe qui aime la chaleur et qui fonctionne entre 39° et 40°C. Si vous êtes de nature frileuse ou que vous avez froid pendant votre détox, votre foie ne va pas fonctionner de manière optimale et l’évacuation des toxines ne va pas se faire correctement.

Il est donc temps de ressortir la bouillote de mamie et de la placer le soir après le diner sur votre foie (à droite sous les côtes) pendant 20 à 30 minutes. Le sang est attiré par la chaleur, donc vous allez attirer jusqu’au foie le sang à déchets, des membres inférieurs. Par ailleurs, la chaleur va activer la production de bile, permettant de nettoyer votre organisme. Vous allez également constater que le corps se détend, la digestion est facilitée et le sommeil amélioré.

 

Plusieurs plantes aident à la détoxification du foie.

La sève du bouleau est votre ami. Revitalisante, elle est aussi un puissant diurétique. Elle soutient légalement les reins et le système urinaire.

Si vous êtes sujets au rhume des foins ou à l’urticaire, le plantain et le desmodium sera votre sauveur. Ils soulagent les poumons et la peau.

Si, vous souffrez de rhumatisme, le charbon marie vous soulagera durant cette période de nettoyage et soutiendra le travail du foie. 

Et si le printemps ravive votre jeunesse en faisant réapparaitre l’acné de votre adolescence, la fumeterre est celle qui vous faut. Elle régularise l’activité du foie et agira sur les problèmes de peau de ce type mais aussi l’eczéma suintant.

La tisane de romarin est également un draineur doux du foie intéressant à consommer durant toute la cure.

Attention cependant aux extraits liquides d’artichaut ou de radis noir qui sont des draineurs drastiques. Ils peuvent être dangereux s’ils sont mal utilisés, consultez donc un naturopathe avant.

Pensez également à rajouter à consommer du curcuma très anti-inflammatoire qui permettra de contrôler les toxines libérées dans votre organisme avant leur élimination.

 

Faire de l’exercice physique est également une bonne manière d’aider le foie à se détoxifier. En effet la peau est l’émonctoire le plus grand que nous possédons. Il va à la fois éliminer les acides mais aussi les colles grâce aux glandes sudoripares et sébacées. La transpiration est une très bonne manière de décharger le foie.

 

 

Phase 3 : relaxer le corps & l’esprit

 

Avec le système digestif, le cerveau est un organe que nous utilisons en excès. Il est temps de faire une pause, de prendre du temps pour soi, de se chouchouter, se détendre, se relaxer, se mettre au vert.

Offrez-vous un massage, profitez d’une séance de sauna ou d’hammam. Il est indispensable de respecter ses horaires de repos et sommeil.

 

Bien entendu, l’idéal est de profiter du jeune pour éloigner au maximum les écrans et téléphone pour  pratiquer des activités relaxantes, écriture, dessin, lecture, écoute de musique, méditation, exercices de respiration… Autant d’astuces pour ne pas penser à la faim.

 

 

LES BIENFAITS D’UNE CURE DETOX

 

La pratique de la détox est ancrée dans nos gènes. Depuis toujours les différentes traditions religieuses aussi bien le catholicisme que l’islam invite à manger de façon frugale et à jeuner chaque année pendant 40 jours. Ces pratiques ont autant un but de purifier l’esprit que le corps.

 

Peut-importe la détox que vous choisissez vous allez mettre au repos votre système digestif. Et c’est déjà énorme ! En temps normal celui-ci consomme plus de 20 % de notre énergie quotidienne. Mis au repos, l’énergie économisée peut être redistribuée au profit d’autres taches comme la détoxification et la régénération des tissus.

 

Résultat :

  • Une énergie boostée

  • Une belle peau, un teint plus lumineux et éclatant

  • Un corps détoxifié du sucre

  • Un capital santé préservé

  • Une perte de poids et une libération des fringales

  • Un corps désacidifié et alcalinisé

  • Améliore l’état de santé général

 

 

ATTENTION, LES EFFETS SECONDAIRES D’UNE CURE DETOX

 

La mise en circulation des toxines libérées par la détox peut parfois provoquer un certain nombre d’effets secondaires, ils sont tout à fait normaux et indiquent même que le jeûne fonctionne bien. Nous appelons cela la crise curative. Il faut néanmoins surveiller ces signes car s’ils deviennent trop forts ou récurrents ce seront des signaux d’alarme pour arrêter le jeune.

Signes « normaux » : maux de tête, sueur, haleine, urine, gaz odorants, langue pâteuse, temps de sommeil réduit, difficulté d’endormissement, petits vertiges ou nausées, diarrhée légère.

Signes de vigilance dont l’évolution est à surveiller : migraine, boutons ou problèmes de peau, douleurs musculaires ou articulaires, fièvre, apparition de symptôme d’une maladie ancienne.

Signes alarmants impliquant l’arrêt du jeune : évanouissement, hallucinations, bouffées d’angoisses, insomnies supérieures à 2 nuits, absence d’urine, crise d’acétone (forts vomissements, douleurs abdominales, haleine nauséabonde), problème de rythme cardiaque ou chute de tension importante.

 

 

 

Alors partant(e) ? 

 

 

K.I.S.S. (Keep It Simple & Smile)

 

 

 

Cet article vous plait ? 

Partagez-le sur les réseaux sociaux ! 

 

 

Mon actualité vous intéresse ?

Abonnez-vous à mes comptes :

Instagram et Facebook !

 

@donotforgettokiss

 

 

 

 

KISS ON FACEBOOK
KISS ON TWITTER
KISS ON LINKEDIN
KISS ON PINTEREST
Please reload

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Do Not Forget To Kiss ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé