JE SUIS DYSLEXIQUE

June 16, 2019

 

 

Hello les petits chou’,

 

Je suis dyslexique et dysorthographique - nous parlerons uniquement de dyslexie pour faire bref. Je ne suis pas tombée dyslexique comme on tombe dans la maladie. Je suis simplement née dyslexique. Il s’agit d’un trait de ma personnalité. Certains sont créatifs, d’autres analytiques, pour ma part je suis dyslexique. Je ne peux, ni ne veux changer. Je dompte mes faiblesses comme un gourmand apprend à manger à sa faim. J’utilise mes forces pour devenir meilleure.

 

 

DYSLEXIQUE, LE MAL DES MOTS

 

C’est une histoire d’écriture et de lecture. C’est une histoire qui commence mal. C’est une histoire qui fait mal. C’est l’histoire d’une petite fille de 5 ans qui se concentre, qui essaie mais qui n’arrive pas à ranger ces quelques lettres dans le bon ordre. C’est l’histoire d’un alphabet que je ne comprends pas. C’est une histoire de dyslexie. Certains diront que c’est l’histoire d’une maladie. Pour moi, c’est d’abord l’histoire d’une souffrance, d’une étrange chose ancrée dans un être à part.

 

Je me suis toujours sentie différente des autres, surtout lorsque je voyais mes parents exaspérés parce que je n’arrivais pas à lire correctement et que je n’avais pas de meilleures notes en dictée. Je me souviens que ma mère s'est doutée rapidement que quelque chose chez moi n’était pas comme les autres. Rapidement, elle a alors mis en place des stratégies pour m'aider à surmonter mes difficultés bien qu'aucun professeur ne sut diagnostiquer ma dyslexie. Fiches, plannings de révisions, chansons de mémorisation, si j'en suis aujourd'hui là c'est grâce à l'instinct maternel. Merci maman, tu m'as sauvé la vie. Ce n'est qu'en sixième que mon professeur de français détecte ma différence. Mère d’une fille dyslexique, elle ne put, en effet, rester insensible à mon mal-être.

 

Et puis, c’est l’histoire d’une grande fille, et même d’une adolescente qui va chez une orthophoniste une fois par semaine. J'ai rapidement fait de ce rendez-vous hebdomadaire mon paradis où je pouvais aimer sans honte mes pires ennemis: ces mots désordonnés et sournois. Je me souviens de ces longues nuits sans sommeil où je découvrais la beauté de mes mots si hideux. Que ce soit au travers de chansons, d'histoires ou d'articles, j’utilise désormais ces mots tordus pour raconter mes moindres émotions.

Je me souviens aussi de ces longues discussions avec mon orthophoniste. Elle était bien plus que la béquille qui me permettait de franchir l’obstacle de l’éducation scolaire française. Elle était comme une amie, confidente et même psychologue lorsque les mots très beaux m’échappaient. Par ailleurs, j’avais aussi la chance d'avoir des professeurs qui m’ont aidé dans mon combat contre les mots. Bien sûr tous n’ont pas été très compréhensifs, mais certains professeurs ont su mettre en place des systèmes pour que puisse rattraper les points perdus par mes fautes d’orthographe. En histoire géographie je devais, par exemple, réécrire l'intégralité de mon devoir au propre sans aucune fautes en échange d'un point supplémentaire. Il s'agissait d'un travail fastidieux qui me demandait beaucoup de temps, mais je refusais que ma dyslexie m’empêche de réussir.

 

Enfin, c'est l’histoire d’une jeune fille qui a signé un traité partiel avec les mots indisciplinés. Je les domine presque aujourd’hui. Cela me demande un effort constant : un instant d’inattention, une petite fatigue, et voilà hop que le 'd' se transforme en 't' et le 'r' de pirate bouscule son voisin le 'i' pour être le premier sur le papier ! L’écriture, je le sais, me calme, me rassure, et m’aide à mieux comprendre. J'ai fait de ma plus grande faiblesse, ma plus grande arme.

 

 

 

DYSLEXIQUE, UN CRI POUR L’AMOUR

 

Pourquoi moi ? Quelle est l’origine de ce trait si particulier ? Comment s’est-il créé ? Pour comprendre, il faut revenir au début de mon existence.

 

Benjamine d’une famille de 3 enfants, j’ai eu depuis toute petite des difficultés à trouver ma place.

Avec un génie de l’informatique en grand frère et une reine de l’école en grande sœur, j’avais peur de ne pas être à la hauteur. Ajoutez, des professeurs exigeants en tant que grands parents, et vous obtiendrez une petite fille terrifiée à l’idée de ne pas répondre à leurs exigences.

 

Je me renfermais, tétanisée par la possibilité de me tromper. Effrayée, je trébuchais alors devant la moindre règle d’orthographe. Je voyais, en effet, dans la rigidité de la langue française l’impossibilité de m’exprimer librement en toute confiance. Je me sentais ridicule. Chaque jour, je manquais davantage d’estime de moi.  

 

Je ne pus donc qu’être soulagée le jour où l’étiquette dyslexie me fut attribuée. La faute n’était pas mienne. Je ne me sentais pas inférieure sans raison. Pourtant, cette différence c’est bien à moi que je la dois. A travers la dyslexie, je cherchais inconsciemment à attirer l’attention. Je souhaitais qu’on me voit, qu’on s’occupe davantage de moi, qu’on me protège et surtout qu’on m’aime sans que j’ai à entrer dans le moule. Je voulais moi aussi être unique. Et si je l'étais ? 

 

 

DYSLEXIQUE, LE DON D’UNE PENSÉE SINGULIERE

 

Winston Churchill, Steven Spielberg, Albert Einstein, Johnny Halliday, Tom Cruise, Agatha Christie, Léonard de Vinci… Qu’ont ces personnalités en commun ? Elles sont dyslexiques !

 

Ce n’est qu'à l'âge de 20 ans que j'ai accepté ma dyslexie. J’ai compris que la dyslexie témoignait d’aptitudes singulières, une intuition très développée et une pensée plus vive que celle de la moyenne des gens.

Ma pensée allant plus vite que mes paroles, les mots ont alors tendance à se bousculer à la sortie. Les lettres se défient aux chaises musicales, les mots jouent à cache-cache, les expressions se déguisent en clown.

 

Pourquoi ? J’ai la capacité de faire bouger mentalement les objets dans l’espace en 3D. J’arrive donc facilement à transformer une formule mathématique en la tournant dans tous les sens. Ainsi, j’ai eu des facilités dans les matières scientifiques qui rattrapaient mes lacunes littéraires, d'où l'absence de diagnostique avant la sixième. 

 

De la même manière, j’ai une grande facilité à inventer des histoires, à rêver et une aisance à comprendre les situations ou les mécanismes. J’ai un plaisir dingue à créer des mondes imaginaires pour moi-même et aussi pour les autres. J’utilise cette capacité au quotidien dans mon métier en imaginant des storytelling toujours plus folles les unes que les autres pour mettre en avant les produits que je développe. Je vous invite dans ma tête au coeur de mes rêves. 

 

En bref, j’ai un don, je suis dyslexique. Et vous, quel est votre don ?

 

 

K.I.S.S. (Keep It Simple & Smile)

 

 

PS : Si des coquilles sont présentes dans cet article, c’est que c’est bien moi qui l’ai rédigé.

 

 

Cet article vous plait ? 

Partagez-le sur les réseaux sociaux ! 

 

 

Mon actualité vous intéresse ?

Abonnez-vous à mes comptes :

Instagram,  Pinterest et Facebook !

@donotforgettokiss

 

 

KISS ON FACEBOOK
KISS ON TWITTER
KISS ON LINKEDIN
KISS ON PINTEREST
Please reload

VOUS ALLEZ AUSSI AIMER

Please reload

Please reload

THE BEST KISSES

June 16, 2019

Please reload

ABOUT ME

  • Black Instagram Icon

COMMENT MON ENTOURAGE ME DECRIT-IL ?

Pour mes amis c'est le petit bébé et pour ma famille  la petite.

POURQUOI ?

Parce que j'ai toujours le sourire, une joie de vivre à ne plus en finir et beaucoup trop d'amour à donner.

PERSONNELLEMENT ?

J'aime me nommer Mlle Nuche car je baigne dans la plus grande des naïvetés et que je suis mademoiselle catastrophe.

POURQUOI CE BLOG ?

Curieuse, j'aime la vie, j'ai envie de la croquer à pleines dents, de ne jamais passer un jour identique et de toujours découvrir de nouvelles choses. Mais plus que la vie, j'aime les gens et le partage. A travers ce blog, je souhaiterais créer une plateforme d'échanges de bons plans, d'astuces, d'opinions et d'instants de bonheur.  

Je rêve d'un lieu capable de vous redonner la patate et toute l'énergie dont vous avez besoin pour vous dépasser et vivre de nouvelles aventures. 

K.I.S.S (Keep It Simple & Smile)

#KISS

K

I

S

S

eep

t

imple

mile

&